EXCLU On a retrouvé le garçon de « Saint Claude »

Cet article est un canular publié le 1er avril 2016

Un seul de ses poignets est tatoué, défiguré par sa manche… Mais Kevin Beranger, 24 ans, est loin d’être seul. Depuis 2 ans, une ombre plane sur lui. Celle d’une chanson écrite par Christine and the Queens à l’hiver 2013. Assise à bord du bus 96, la chanteuse est témoin de ce qu’elle croit être une scène de lynchage à l’encontre d’un jeune homme haut en couleurs. La vérité est un peu moins poétique, comme nous l’explique Kevin. Nous l’avons rencontré dans un café à Paris… à quelques centaines de mètres du fameux arrêt de bus « Saint Claude ».

CATF : Bonjour Kevin. Peux-tu te présenter en quelques mots ?

KB : J’ai 24 ans et je suis étudiant en deuxième année de Master Design à Paris. Ma seconde passion est le cinéma et dès que je peux, je passe des castings et je fais un peu de figuration. Depuis que je suis enfant, j’ai toujours aimé tout ce qui touche à l’art, à l’expression.

Tu nous as contacté en nous disant que tu étais le jeune homme de « Saint Claude ». Nous sommes curieux, alors raconte-nous : que s’est-il passé dans ce bus ?

Kevin Beranger, le jeune homme de "Saint Claude" de Christine and the Queens

Kevin en 2013, costumé pour une convention de super-héros

Oui, j’ai pensé que je devais partager ma version de cette histoire. Je ne vais pas vous mentir et je vais peut-être décevoir quelques personnes au passage, mais tout cela est parti d’un incroyable malentendu ! Ce soir de 2013, je m’étais rendu à une conférence sur Batman… Les comics, c’est ma troisième passion. J’avais donc décidé d’adopter le costume et l’attitude du Joker en me colorant les cheveux en vert et en me maquillant un peu le visage.
Au petit matin, mes amis et moi sommes repartis tous ensemble en prenant le bus n°96. Je racontais des blagues et mes amis riaient. Une jeune fille est montée (NDLR : Christine and the Queens) et s’est assise à côté de moi. Je n’y ai pas prêté attention, j’étais resté dans mon personnage un peu fou. Je ne sais pas si vous connaissez le Joker mais c’est quelqu’un de barge, alors j’ai continué à marmonner des choses un peu invraisemblables. Mes amis se marraient… c’est ce que voulais. L’un d’entre eux a un rire communicatif. Sans s’en rendre compte, il a déclenché une vague de rires dans le bus.
Ce moment a dû durer deux minutes. Je n’avais pas remarqué mais mes amis m’ont raconté après coup que ma voisine de bus était descendue un peu précipitamment. Elle avait l’air gênée.

Incroyable cette histoire ! Comment expliques-tu que Christine ait cru assister à une sorte de lynchage ?

Elle a raison au moins sur un point : je n’étais pas au meilleur de ma forme à cette époque. Elle l’a sans doute remarqué et a dû croire qu’on se moquait de moi. Vous savez, nous sommes un groupe de cinq : on rit ensemble et on se fiche des autres. Ce jour là, j’étais déguisé… alors bien sûr qu’on allait me remarquer, peut-être même se moquer. En tout cas cela prouve que j’ai raison de persévérer dans le cinéma : j’arrive à installer un personnage ! (rires)

Et que penses-tu de la chanson « Saint Claude » ?

C’est un très beau titre ! Je l’ai découvert à la radio, comme tout le monde j’imagine. Je l’ai tout de suite aimé, mais je n’ai pas compris que cela parlait de moi. Encore une fois, ce sont mes amis qui ont lu une interview et m’en ont parlé. D’un côté, cela m’a ému que l’on puisse écrire une si belle déclaration à propos de gens malheureux, un peu perdus. Mais de l’autre j’ai été très gêné, parce que tout ceci venait d’un costume loué pour une convention de fans.
J’ai tout de même acheté son album. Je suis même allé la voir en concert à la Cigale en 2014… mais je n’ai rien osé lui dire. Elle m’aurait pris pour un fou, imaginez : « Hey, je suis Saint Claude… enfin Kevin. Je suis heureux et à l’époque je sortais d’une conférence pour Batman. » Elle aurait appelé la sécurité, vous ne croyez pas ?

Qu’est ce que cette chanson a changé pour toi ?

Mon petit groupe d’amis me taquine régulièrement à ce sujet, du genre « Saint Kevin », « Eh Joker, tu fais peur aux demoiselles »… Et bien sûr, quand il nous arrive de prendre les transports ensemble, ils chantent « Here’s my station » lorsque je dois descendre. Et maintenant je me démaquille toujours quand je reviens d’une convention !

Un dernier mot pour Christine et ses fans ?

Même si cela part d’un malentendu, merci d’avoir écrit un si joli texte pour moi… Mais j’ai vu que Christine m’a remplacé par un certain Jonathan… Tant pis, c’est comme ça, je ne pouvais pas avoir le monopole. Mais je ne suis pas rancunier !

Merci à Kevin pour son honnêteté et sa bonne humeur !

Cet article est un canular publié le 1er avril 2016

1 comment

  1. lou

    Vous vous êtes surpassés là – blague à part, j’espère que le vrai Saint-Claude est safe and sound quelque part sur cette planète 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *